Rechercher :
Carrières

 

Pour consulter les emplois disponibles, CLIQUEZ ICI 

 

Calendrier
Événements Visa Santé
Guichet Inscription auprès d'un médecin de famille : http://www.gamf.gouv.qc.ca/   
Évaluation des programmes
 
L’amélioration de la qualité des services offerts à la population est une préoccupation grandissante dans les établissements de la santé et des services sociaux. La loi sur les services de santé et des services sociaux, de même que la loi sur l’administration publique, comportent entre autres exigences de «s’assurer de la pertinence, de la qualité, de l’efficacité et de l’efficiente des services dispensés[1]», de voir «à l’atteinte des résultats en fonction d’objectifs préalablement établis, à une reddition de compte qui porte sur la performance dans l’atteinte des résultats, et à une utilisation optimale des ressources[2]». Par ailleurs, les établissements doivent se conformer à des normes d’agrément (Conseil québécois d’agrément) et à des exigences d’équilibre budgétaire. L’approche et le fonctionnement par programme, dans un tel contexte, ajoutent aux raisons qui militaient déjà en faveur de l’évaluation de programme. De plus en plus, des établissements se dotent en effet de mécanismes permanents qui intègrent à la fois les activités d’élaboration et d’évaluation des programmations avec celles relatives à l’agrément, à la recherche et à l’amélioration de la qualité en général, tout en demeurant connectées aux activités permanentes de gestion des programmes.
 
Au CSSS de Jonquière, certains programmes ont fait l'objet d'activités d'évaluation qui permettent de répondre aux questions posées sur la mission, les orientations, les objectifs poursuivis et les activités réalisées. L'évaluation contribue alors à la prise de décision dans une perspective d'amélioration continue des programmes. Dans l'ensemble des programmes, l'élaboration de la programmation se fait dans une approche participative qui implique étroitement le personnel et les partenaires concernés.


[1] Loi sur les services de santé et les services sociaux, article 172.
[2] Loi sur l’administration publique, articles 2, 5 et 6.